Design & goodies

Penser une charte et un logo qui s'inscrivent dans une communication cohérente

Dans une société dans laquelle une vaste majorité de services est construite de prêt ou de loin par le numérique, le poids et la responsabilité du design d'interfaces, et du design au sens large, sont prégnants. Il est aujourd'hui plus que jamais essentiel pour les designers de questionner leur pratique professionnelle et l'impact que leurs choix de conception ont et auront sur les utilisatrices et utilisateurs des produits qu'ils réalisent, leur secteur d'activité et leur environnement. Choix qui décideront notamment de la robustesse d'un produit, de sa durabilité, son recyclage… donc des ressources naturelles consommées. Le designer est aujourd'hui au cœur d'enjeux de société primordiaux, qu'il en ait conscience ou non.

La communication visuelle n'est pas épargnée par ce phénomène, et prendre en charge la direction artistique d'un événement implique des conséquences très concrètes sur son bilan carbone. L'industrie du papier engage une consommation en eau et énergie non négligeable. La production d'objets promotionnels engage une dépense en ressources et transports souvent dévastatrices pour la planète, sans parler des conséquences sociales. Et les ressources exigées pour faire tourner le Web ne sont pas en reste. Sur-information et surproduction génèrent rapidement pollution, gaspillage et autres nuisances. L'écoconception est donc directement liée aux notions de durabilité, de sobriété, de responsabilité, d'éthique, d'efficience et d'utilité.

En partant de ce constat, comment concevoir l'image de marque d'un événement se voulant éco-responsable, dans un secteur connu pour son goût pour les innovations technologiques, les stickers et autres goodies ? Une première approche aurait été de se contenter d'une sensibilisation de surface, et de réduire, sans supprimer, la production de goodies en soulignant le poids de ces objets superflus sur le bilan carbone de notre événement.

La seconde approche, plus radicale et en adéquation avec les valeurs et objectifs que nous souhaitions mettre en avant et atteindre, fut celle retenue lors de l'organisation de ce WordCamp. Puisqu'il est aujourd'hui impossible de garantir une réelle traçabilité des objets promotionnels tout en restant dans notre budget, ainsi que leur utilité (et leur utilisation) auprès de notre audience, choisir de ne pas prévoir cette déclinaison lors de la conception de la direction artistique de l'évènement s'imposait.

La charte graphique du WordCamp Bordeaux 2019 s'inscrit donc dans cette volonté de sobriété. Objectif : faire tout aussi bien, voire mieux, avec beaucoup moins.

Logo

Le logo de l'évènement symbolise cette volonté. Le traditionnel W de WordPress y est simplifié à l'extrême, afin que la lettre et le CMS qu'elle illustre soient immédiatement identifiables tout en signalant à l'audience une volonté de simplicité et d'efficience.

Construction du logo WordCamp Bordeaux 2019

Palette de couleurs

La lecture d'un document imprimé sur un papier « trop blanc » est assez peu confortable pour le lecteur, il en va de même sur nos écrans. L'omniprésence du blanc en tant que couleur d'arrière-plan par défaut de nos logiciels d'utilisation quotidienne (emails, traitement de texte, tableurs, encyclopédies en ligne…) n'a pas pour seul effet négatif de fatiguer la vue des utilisatrices et utilisateurs. Elle impose également une consommation d'énergie accrue à nos appareils – d'où la popularité des fonctionnalités de type « dark mode » ces dernières années.

Une manière de contourner cette dépense d'énergie – et d'améliorer l'expérience de lecture des utilisatrices et utilisateurs – est de proposer une couleur de fonds autre que le blanc systématique sur nos interfaces Web. Une autre manière de ménager nos yeux sera de proposer une couleur de texte certes suffisamment contrastée pour être lisible correctement et sans inconfort, mais évitant l'écueil du noir à 100% pour proposer un contraste plus doux à l'œil tout en restant efficace – une autre astuce empruntée aux éditeurs.

Pour cette raison, la titraille et du texte de labeur de la charte graphique du WordCamp Bordeaux 2019 sont composés dans une couleur marron, qui a le mérite de reposer les yeux du lecteur tout en restant lisible.

Les couleurs principales de la charte graphique (wengé, vert bourgeon et olivine) sont des couleurs traditionnellement associées à la nature et à la terre, de même que les couleurs d'accent, qui, si elles apportent une touche de dynamisme à la palette, restent dans des tonalités que l'on trouve dans la nature (turquoise et carmin).

Palette de couleurs du WordCamp Bordeaux 2019, et ses déclinaisons.

Cette palette est accompagnée de préconisations d"utilisation : le vert bourgeon sera très peu lisible sur du blanc, par exemple; Mieux vaut ainsi le limiter aux aplats de couleurs et à certains cas d'utilisation particulière, tout comme les autres couleurs d'accent. Des alternatives suffisamment contrastées sont par ailleurs proposées .

Typographie

Les polices de caractère choisies pour la charte graphique sont toute deux open source. Bitter est privilégiée pour le texte de labeur et Work sans pour la titraille.

On notera que l'optimisation du chargement des polices de caractère sur une interface est à prendre en compte, dès lors qu'on choisit d'utiliser des polices hors stack. Cependant, l'optimisation des sites des WordCamps est aujourd'hui particulièrement difficile, voire impossible.

Iconographie

Ici encore, l'utilisation d'icônes open source a été privilégiée. Les icônes utilisées sur les différents supports du WordCamp sont ainsi issues de la collection Feather.

On notera cependant l'impossibilité d'utiliser le format vectoriel SVG sur les sites des WordCamps, pourtant bien moins gourmands en ressources et plus agréables à l'œil.

Déclinaisons graphiques

Comme nous l'énoncions en préambule, adopter une démarche éco-responsable signifie éliminer le superflu. Nous avons donc réfléchi et revu notre politique de conception de goodies et autres prints pour cette journée de conférence.

Affiches, signalétique et roll-ups

Nous avons limité la production imprimée de cette édition :

  • aux badges, que nous ne pouvions pas supprimer, le WordCamp restant un évènement professionnel où les participant·e·s se rendent pour entretenir leur réseau. L'affichage du prénom et du nom de chacun·e reste don une composante essentielle de l'évènement.

  • Aux affiches A3 et à la signalétique présente dans la salle afin de proposer à chacun·e une expérience confortable.

  • A 3 roll-ups affichant les logos des sponsors. Si le format roll-up est loin d'être optimal en termes de recyclage des ressources, nous ne disposons actuellement pas d'alternative viables pour donner de la visibilité à nos sponsors. Nous avons cependant opté, en ce qui concerne l'affichage de notre partenariat lors de notre soirée de clôture pour des panneaux en bois, conçus spécialement pour l'occasion par l'éco-système qui nous accueille.

Pour la production imprimée de cette édition, nous avons travaillé avec un seul prestataire, afin de limiter les dépenses énergétiques dues à la production et au transports.

Badges

Une réflexion sur la production de badge a été menée au sein de l'équipe. Lors de notre première édition, en 2017, nous avions fait le choix d'imprimer des badges en papier, sans protection en plastique, par préoccupation environnementale. Nous avons renouvelé ce choix en 2019.

Cependant, il reste un aspect négatif que nous n'avons pu résoudre. En effet, les tours de cou permettant aux participant·e·s d'attacher leur badge sont souvent fabriqués dans une matière rarement traçable (souvent du polyester ou autre tissage obscur) et attachés au badge en lui-même par une pièce de métal difficilement recyclable. De plus, l'organisation WordCamp Central fournit aux équipes d'organisation de ses évènement des tours de cou, qu'elle achemine spécialement pour l'occasion sans décompte préalable.

Pour un évènement réunissant au maximum 350 personnes, nous recevons ainsi un carton, acheminé par avion – avec la dépense énergétique que cela présuppose – contenant 1000 tours de cou… Nous avions dans un premier temps envisager de réutiliser les tour de cou restant de notre édition 017, mais le nombre n'était pas suffisant.

Nous avons donc choisi d'utiliser les tours de cou envoyés par WordCamp Central et de proposer le reliquat au prochain évènement ayant lieu en France, à savoir WordCamp Paris.

T-shirts

Traditionnellement, chaque WordCamp propose un T-shirt collector à ses participant·e·s. Bien que cela contribue à donner une touche personnelle à l’évènement, nous avons fait un constat unanime : les T-shirts et autres goodies sont peu respectueux de l’environnement.

Généralement fabriqués dans des pays peu enclins à respecter les minimas sociaux et environnementaux, ils nécessitent également de longs transports pour être acheminés. Le bilan carbone en est colossal, car il s'agit le plus souvent de transport par voie maritime ou aérienne, qui sont de gros générateurs d’émissions de CO2.

Ces goodies restent finalement peu utilisés par les participant·e·s. Nombre d’entre nous accumulons différents T-shirts de WordCamps et autres évènements Web au fil du temps, sans réellement leur trouver une utilité. De nombreux t-shirts de la première édition du WordCamp Bordeaux n'ont par ailleurs pas été distribués, déclenchant le même sentiment de gâchis dans l'équipe.

Pour ces raisons, nous avons choisi de ne pas produire de t-shirt pour cette édition 2019.

Cette décision a eu un autre impact, cette fois budgétaire : nous avons économisé près de 1 800 € - soit environ 5,5% du budget total de l'évènement.